sculpture

Elisabeth von Wrede : Le Partage

Von wrede2

Intitulée Le Partage, cette œuvre Elisabeth von Wrede la réalisera en effet avec des mots ou des phrases disposés sur des carrés blancs, transparents ou couleur, sur une structure de trois mètres de haut sur deux mètres de large, à partir des réponses que lui donneront des Tourangeaux anonymes ou connus interrogés dans la rue, sur le sens qu'ils donnent au mot partage. Elle sera dans Tours au milieu du mois prochain. Initialement prévue d'être installée en juin, sur la place de châteauneuf, appelée à être semi-pietonnière, la municipalité parle maintenant de la place du 14 Juillet, où se trouvent l'Institut de Touraine et l'école Saint-Martin.

Elisabeth von Wrede est née en Allemagne en 1968.
Influencé par les artistes de son pays comme Günther Uecker et Heinz Mack, que côtoyait sa famille, elle étudie et découvre la peinture auprès de l’artiste japonais Keiji Uematsu durant plusieurs années.
Arrivée en France, elle multiplie les formations comme la reliure d’art ou la peinture sur cuir auprès d’artistes comme Sün Evrard et Florent Rousseau.
Suite à une formation avec Thibault de Réimpré, elle choisit de vouer son talent à la peinture.
Depuis 1989, elle vit et peint en France


Von wrede

Jack Pierson : le poids des mots

 

 

PiersonJack Pierson
 

Né à Plymouth dans le Massachusetts en 1960, Jack Pierson est un photographe et artiste américain. Il étudia au Massachusetts College of Art de Boston. Son travail se compose à la fois de photographies mais aussi de collages, installations, dessins ou encore de livres d'artiste. Sa série Self Portrait fut exposée lors de la biennale du Whitney Museum of American Art en 2004 mais on peut aussi trouver ses œuvres dans plusieurs grands musées internationaux. Jack Pierson partage son temps entre New York et son studio situé dans le désert sud-californien, près du parc national de Joshua Tree. Plusieurs célébrités sont déjà passées devant son objectif telles que Michael Bergin, Naomi Campbell, Snoop Dogg, Brad Pitt ou encore Antonio Sabato Jr..

 

Pierson dreams

Jaume Plensa « L’âme des mots »




Plensa    



 « J'ai toujours aimé l'idée de mots gelés, explique l'artiste Jaume Plensa. L’idée que quelque chose est en suspens dans l'air. ... C'est un exercice de communication, comme envoyer un message dans une bouteille. Mais je ne sais pas qui trouvera la bouteille et où."»
Jaume Plensa pensait devenir médecin. C’est pourtant vers la sculpture que sa relation au corps humain prendra forme. Il débute sa carrière par des sculptures monumentales en fonte qui lui valent un succès d’estime sur le marché international de l‘art contemporain au début des années Quatre-vingt. La galerie nationale du Jeu de Paume à Paris lui consacre en 1997 une première rétrospective. Dans l’histoire de l’art de la deuxième moitié du vingtième siècle, les artistes qui ont pris l’art au pied de la lettre l’ont plus souvent fait par la peinture que par la sculpture même si quelques artistes notoires peuvent contredire cette affirmation. Des Lettristes au groupe Textruction, nombreux sont les exemples de cet intérêt plasticien pour la lettre et l’écrit.

La grande nomade

En 2010, au musée Picasso d’Antibes, Plensa présentait une exposition intitulée « L’âme des mots » alors que sa sculpture monumentale «Le Nomade» montait la garde en bord de mer.
Avec cette sculpture, Jaume Plensa semble tendre la main au «Penseur» de Rodin dans un geste contemporain où le signe de l’écrit habite entièrement l’être humain, le façonne, et désigne alors cette seule enveloppe communicante révélatrice de nos attitudes actuelles. L’homme de Jaume Plensa, qu’il soit seulement tête ou corps, s’anime, comme le dit l’artiste, de «quelque chose en suspens dans l’air », traversé par ces ondes, ces fils invisibles qui nous relient chaque jour davantage aux autres dans une communication virtuelle le plus souvent.
Cette « bouteille à la mer » dont parle Plensa, serait-elle à l’image de tous ces petits messages que nous laissons dériver chaque jour au gré d’un hyperlien, d’un SMS…. ou d’un article sur un blog ?

Chroniques du chapeau noir

Photo : 1 http://www.typetoken.net/visual-language/jaume-plensa-yorkshire-sculpture-park/

Photo Antibes source : http://petanqueandpastis.typepad.com/my_weblog/2007/08/la-grande-nomad.html



Monica Bonvicini, la course en tête

Monica Bonvicini artiste italienne, a créé cette immense pièce pour les Jeux olympiques de 2012 à Londres. L'oeuvre a une surface miroir pendant la journée mais la nuit, elle  devient transparente et est éclairée de l'intérieur par des LED.

Monica bonvicini londres 20122

Run nuit

Run

Dans ce document images fournies par l'Olympic Delivery Authority, 'installation de "RUN" de la sculpture de l'artiste Monica Bonvicini sur la place de la Handball Arena de Londres 2012 au Parc olympique le 12 Janvier 2012 à Londres, en Angleterre. (Photo par l'Olympic Delivery Authority via Getty Images)

J'écris ton nom liberté

Tissinier aragon

Jacques Tissinier : Collège Aubervilliers hommage à Paul Eluard

Au moment où le drame frappe notamment les journalistes de Charlie Hebdo, on mesure combien la parole sur l'art, la parole des artistes participent à la préservation de ce bien précieux : la liberté d'expression. Ecrite, parlée, cette parole constitue notre bien commun.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×